Sur les conseils d’Elatia Abate, traduit de l’anglais de cet article

Si vous êtes actuellement propriétaire d’une petite entreprise, la dernière chose dont vous avez besoin est un discours d’encouragement. Au lieu de cela, concentrons-nous sur les conseils tactiques et pratiques dont vous avez besoin maintenant pour défier toutes les probabilités, continuer à faire croître votre entreprise et, en fin de compte, sortir de cette crise avec certitude et force.

L’une des définitions de la crise est «une étape dans une série d’événements au cours de laquelle la tendance de tous les événements futurs, en particulier pour le meilleur ou pour le pire, est déterminée; c’est un moment décisif. » Dans une crise, chaque action et décision que nous faisons et prenons façonne notre avenir. En tant que dirigeants, chefs d’entreprise, entrepreneurs et professionnels, cela signifie que ce que nous faisons maintenant au milieu des deux crises auxquelles nous sommes actuellement confrontés (COVID-19 et son impact économique ultérieur) déterminera notre sort.

La première décision que nous devons tous prendre est de savoir si nous sommes déterminés à en sortir encore plus forts qu’auparavant, ou si nous allons simplement nous cacher sous le canapé et attendre que les choses se passent. C’est un choix, un engagement, de remettre en question les hypothèses que nous avions sur la façon dont nous pensions que le monde fonctionnait, une volonté d’aller au-delà de la réflexion et de la stratégie que nous avions avant la pandémie et, comme le dit Tony, de nous libérer de la tyrannie du « comment « .

Avec pour idée d’aider ceux qui ont pris la décision d’en sortir plus forts qu’avant la crise, j’ai animé la première d’une série de conversations intitulée «Thriving in Uncertainty». Nous avons parlé d’innovation, de marketing, d’économie, de l’avenir du travail et de collaboration. Voici les cinq points à retenir les plus importants de cette journée.

1. Nous avons tous un choix à faire

Choisir de se retrouver prisonniers des circonstances en nous demandant: «Pourquoi cela m’arrive-t-il?» ou bien choisir d’être les capitaines de nos destinées, en se disant: «Étant donné que nous sommes ici, qu’est-ce que je veux créer?» est un choix que chacun de nous a la possibilité de faire pendant cette crise. Ce choix ne fait pas disparaître la crise elle-même, n’ignore pas la tragédie de tant de morts dans le monde ni ne fait apparaître instantanément des emplois pour les dizaines de millions de personnes qui sont au chômage.
Ce qu’il fait, c’est nous déplacer hors de la position de victime et dans le rôle de protagoniste. Tony dit toujours: «Là où se concentre l’attention, l’énergie circule.» Nous sommes limités si nous nous concentrons sur ce que nous ne pouvons pas contrôler, et boostés lorsque nous nous concentrons sur ce que nous voulons créer et ce, quelques soient les circonstances.

 

2. Remettre en question les certitudes

Faites vos jeux, rien ne va plus. Cela signifie que tout ce que nous pensions savoir sur le fonctionnement de nos stratégies, qui étaient nos concurrents, quels étaient nos flux de revenus, quels sont les besoins non satisfaits, quels sont nos rôles spécifiques, a changé. A partir de là, une question puissante pour stimuler l’action et la stratégie est: «Où pouvons-nous ajouter de la valeur, de quelles manières, de quoi nos abonnés, clients, employés ont-ils vraiment besoin, là, maintenant?»
Cela signifie probablement que vous devez faire pivoter votre entreprise partiellement ou entièrement. Cela signifie également que vous voudrez entrer en conversation avec vos clients -pas dans votre tête avec quelques suppositions- mais ce dont ils ont réellement besoin.

3. Vous êtes la boussole de votre business et de votre équipe

Cette période invite chacun de nous à se renouveler dans sa manière de diriger. Aucune cavalerie ne va venir vous sauver. Vous êtes la cavalerie. Alors, prenez un moment, écoutez et demandez-vous qui vous devez être pour vous assurer que vous et votre entreprise en sortirez grandis. Une stratégie suggérée par Hollie Heikkinen, PDG et fondateur d’iWorker Innovations est de former un «groupe de réflexion» autour de vous afin de partir en quête de nouvelles idées, tout en équilibrant l’échange et gardant à l’esprit la meilleure marche à suivre.

4. Ceux qui conçoivent et mettent en œuvre les meilleures pratiques durant la « transition » auront un avantage concurrentiel majeur

Les crises auxquelles nous sommes confrontés passeront par trois moments distincts qui fourniront le contexte et la matière pour décider et développer la stratégie. Le premier est le «verrouillage». C’est le moment où se trouve actuellement la majeure partie du monde, où le mouvement, l’activité, les affaires et les interactions sociales sont limités à des activités essentielles. Le second est la phase de «transition». Ce sera la période de 6 à 18 mois où les entreprises commenceront à rouvrir, mais les modèles d’exploitation devront être différents car nous essayons toujours de ralentir la propagation du virus. Par exemple, comment repenser l’aménagement d’un gymnase lorsque vous devez garder un minimum de 2 mètres entre chaque pièce équipement et que vous ne pouvez autoriser qu’un nombre X de personnes à la fois à l’intérieur de l’établissement? Le troisième moment dans le temps sera le nouveau monde que nous créerons au cours des deux premières périodes.

Selon Ted Snyder, professeur d’économie et de gestion à la Yale School of Management et ancien doyen de Yale SOM et de Chicago Booth School of Business, les entreprises et les particuliers qui développeront, créeront et diffuseront les meilleures pratiques pendant la «transition», seront des leaders du marché et auront de nombreuses opportunités de créer de la valeur.

5. La collaboration est la clef

Les défis auxquels nous sommes tous confrontés actuellement sont intégrés avec des degrés de complexité élevés et accrus. Aussi rapide qu’un éclair, la propagation d’une maladie a déclenché un changement presque instantané et massif dans tout, des petites entreprises à la gestion de la chaîne d’approvisionnement mondiale en passant par l’accès à l’éducation et la façon dont nous définissons le travail et la manière de travailler.
Aucune personne, ni organisation ou industrie n’a de solution miracle pour résoudre ce qu’il est en train de se passer. Le plus important est donc de s’assurer que nous prenons ce qui se passe pour créer quelque chose de meilleur, de plus inclusif et de plus précieux une fois ce moment passé.
Tendre la main aux autres et être un créateur de connections, ou bâtir avec ses propres ressources, des idées et des opportunités de là où nous sommes à là où nous allons tous nous aidera à traverser cela plus facilement et plus rapidement.